Garage Cosmos


Isidore Isou, Particules esthétiques & Infinis

31 mars – 02 avril 2017

Une exposition  qui prend comme point de départ six Manifestes d’Isidore Isou : de l’Art Imaginaire ou  Infinitésimal, 1956 au Manifeste de l’Excoordisme ou du Téïsynisme Mathématique et Artistique, 1991. L’essai de Christian Schlatter en se réglant sur une lecture de ces Manifestes et sur un choix d’oeuvres de la collection voudrait montrer que  particule esthétique, élément spécifique à chaque art  et infini  doivent tous deux être mis au pluriel. Pourquoi infinis ? Il faut reconnaître différents degrés d’infini : l’infini doit être multiplié, devenir pluri-infinitésimal. Chemin faisant, c’est  à l’infini que le nombre d’intervenants  sur un cadre super-temporel viendra, comme  le oui  mathématique au nombre infini ; et ce,  dans le seul but de rendre justice à  l’oeuvre  d’Isou, d’en faciliter la réception jusqu’en sa finalité ultime, «  l’éternité concrète dans le cosmos », elle aussi, forme d’infini.

Lors du vernissage sera réactivée l'Estrade super-temporelle comme  lors de sa présentation au Salon Comparaisons au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris en 1963 : Claudine Schott jouera du Bach et du Haydn au violon,  Michel Assenmaker lira un texte de Joyce ;  sera pris dans l’assistance, comme à l’époque et selon les mots d’Isou, un « jeune inconnu » qui  déclamera lui « les noms des peintres du catalogue du salon Comparaisons durant plusieurs heures, cités par ordre alphabétique ».

Vernissage le vendredi 31 mars 18:00-20:00
Exposition le samedi 1er et le dimanche 2 Avril (11:00-17:00)  

Isidore Isou, Théâtre de l’Ambigu, 1965.